Votre literie par abonnement, ça vous dit ? C’est l’une des dernières offres d’un phénomène de «consommation» qui, longtemps circonscrit à quelques secteurs de l’économie, tend aujourd’hui à se généraliser et devrait même, selon des analystes, devenir la norme d’ici quelques années ! 

Todd Conner avait une grande passion : le football. Ce garçon de 14 ans avait manifestement pour son âge une habileté exceptionnelle, et son rêve était de faire carrière dans ce sport. Dans son école, à une trentaine de kilomètres d’Atlanta, la capitale de la Georgie, tous l’encourageaient dans cette voie, et ses parents ne s’y opposaient pas non plus.

Todd venait d’avoir un petit frère, et au bout de quelques mois on aperçut chez le bébé une anomalie rénale qui s’avéra grave et chronique. Aucun traitement n’était vraiment efficace, et plusieurs séjours à l’hôpital n’apportèrent qu’une amélioration passagère.

Le petit, qui s’appelait Allen, avait de plus en plus souvent des crises aiguës, et les médecins ne pouvaient que constater une évolution dramatique qui, d’après eux pourrait très bien aboutir à un blocage total des reins à partir d’un an.

Pourtant une intervention chirurgicale avait redonné de l’espoir à ses parents, à son frère Todd et à sa sœur aînée Lori Ann, et durant quelques mois ils constatèrent une stabilisation de son état. Par moment, le petit Allen semblait faire de légers progrès. Grâce à une alimentation riche en calories, il maintenait son poids, grossissait même un peu et grandit de quelques centimètres.

Des suites dramatiques

Mais cela ne dura pas. A l’âge de deux ans, son état s’aggrava à nouveau, sa marche devenait chancelante, et au bout de quelques mois, il ne parvenait même plus à se tenir debout. Les médecins s’aperçurent alors que l’insuffisance rénale avait entraîné à sa suite une maladie osseuse qui risquait de le rendre définitivement infirme.

Pendant tout ce temps Todd avait beaucoup réfléchi. Il aimait énormément son petit frère et avait suivi avec angoisse l’évolution de sa maladie.

Lorsqu’un jour, en janvier 1978, sa mère, rentrant de l’hôpital après avoir longuement examiné la situation avec un spécialiste, annonça que seule l’implantation d’un autre rein pouvait encore sauver Allen, Todd déclara immédiatement qu’il voulait donner un de ses reins.

Il savait que cela aurait des conséquences pour sa carrière de football, mais qu’est-ce qu’une carrière sportive, si brillante soit-elle, comparée à la possibilité de sauver une vie humaine, surtout celle de son propre frère, et malgré les protestations de ses parents, il ne se laissa pas ébranler.

Il n’était pas seul volontaire, tous les membres de la famille étaient prêts à sacrifier un rein pour sauver Allen, mais les analyses préliminaires pour examiner la compatibilité entre le donneur et le receveur révélèrent que c’était le rein de Todd qui ressemblait le plus à celui de son frère et donnerait donc la plus grande chance de réussite.

De nouveau confronté à son rêve

Outre un grand nombre d’examens médicaux, Todd dut également se soumettre à des tests psychologiques. Le problème du sport fut aussi abordé, et encore une fois il fut confronté à son rêve: devenir un champion de football. Mais même si ces questions touchaient un point sensible, sa décision était prise et rien ne pouvait l’amener à changer d’avis.

La transplantation devait avoir lieu le 10 mai 1978. Todd avait alors 16 ans, Allen 3. Ensemble, les deux frères furent envoyés vers le bloc opératoire, les interventions devant se faire presque simultanément dans deux salles adjacentes. Tout se passa bien, et après six heures d’opération, le chirurgien put aller annoncer à toute la famille Conner réunie dans la salle d’attente que l’intervention était réussie.

Dès le lendemain les deux frères se retrouvèrent ensemble dans la même chambre d’hôpital, et au bout de quinze jours d’observation et de soins, Allen put regagner la maison pour commencer une vie normale et heureuse.

Pas un seul regret

Quelques temps plus tard, Todd eut le droit de recommencer à jouer au football. Il savait parfaitement qu’il ne pourrait jamais plus espérer atteindre le niveau d’un champion, mais il ne regretta rien. Sa récompense était de voir son petit frère dans la maison comme n’importe quel autre enfant de son âge.

Pendant des dizaines d’années, le rein de son frère Todd permit à Allen de vivre une vie tout à fait normale. Il fit des études, et il jouait au football comme son frère. Après ses études, il travailla comme paysagiste, il fonda une famille… Ses problèmes de santé semblaient si loin et finalement définitivement vaincus.

Puis, après quelque trois décennies de bonne santé, on lui découvrit à nouveau une insuffisance rénale, il recommença à perdre du poids de façon inquiétante, et en 2010, alors qu’il avait 34 ans, il dut commencer des séances de dialyse. Les médecins annoncèrent alors qu’Allen avait à nouveau besoin d’un rein.

Et cette fois-ci, ce fut sa sœur aînée Lori Ann, alors âgée de 51 ans, qui se porta volontaire. Malgré des problèmes de santé personnels, elle était aussi déterminée que Todd l’avait été 31 ans plus tôt, et le premier décembre 2010, l’opération eut lieu avec succès dans le même hôpital que la première transplantation. 

Pour la deuxième fois, la vie d’Allen fut sauvée par un membre de sa famille.

(Présentée par A.A.)